L’illusion du merveilleux monde « tout connecté »

 

La 5G, indispensable ou gadget ?

Faisant fi de tout débat démocratique, sans consultation populaire, et nonobstant le double refus du Conseil des États d'augmenter les valeurs limites de rayonnement, les autorités et le lobby de la téléphonie mobile nous présentent aujourd’hui le développement de la 5G comme la seule solution possible pour garantir un réseau de téléphonie mobile de qualité. Pourtant, il est de notoriété publique que la 5G servira avant tout la consommation de loisirs (notamment gadgets connectés, vidéos hyper haute définition, applications de jeux en ligne).

Un rapport biaisé et lacunaire

En 2019, la Confédération a, par le biais de  l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), mandaté un groupe de travail ad hoc afin d’étudier la faisabilité et l’impact du déploiement de la 5G. La composition du groupe était biaisée : sur ses 21 membres, on comptait seulement deux médecins, contre quatre représentants des opérateurs. Dans son rapport, publié en novembre 2019, le groupe de travail a admis qu’il ne disposait pas de compétences scientifiques pour évaluer l’impact biologique du rayonnement. Par ailleurs, le rapport a fait l’impasse sur les impacts écologiques et énergétiques de la 5G.

 

Nombre de nouvelles antennes et valeurs limites

Les opérateurs ont d’abord soutenu la construction de milliers d’antennes, mais aujourd’hui, ils affirment avoir considérablement réduit ce nombre. Ce qui n'est pas dit, c'est que s'il y en aura moins, c'est parce qu'elles pourront émettre avec davantage de puissance grâce aux "facteurs de correction" accordés par la révision de l'ORNI faite en urgence le 1er janvier 2022. Peut-être même prévoient-ils une hausse des valeurs limites à 20V/m grâce à l'adoption de la motion 20.3237...

En l’absence de toute planification à l’échelle nationale, les nouvelles antennes apparaissent depuis sans cohérence et souvent à proximité de lieux dits sensibles. 

Le « greenwashing » du lobby des télécoms

La population suisse subit depuis 2019 un marketing agressif de la part des opérateurs, qui vantent les mérites écologiques de la 5G. Il s’agit d’un véritable « greenwashing », choquant quand on connaît les réelles implications de la 5G. Particulièrement énergivores du fait de leur grand nombre, les objets connectés ainsi que les nouvelles antennes adaptatives nécessaires à leur fonctionnement produiront des milliers de tonnes de nouveaux déchets difficilement recyclables, alors même que le monde traverse sa plus grave crise environnementale et énergétique. De précieuses ressources rares arriveront à épuisement, et leur extraction pose également de graves problèmes environnementaux et humains.

 

Les données personnelles, nouvel or noir et nouvelles dérives

En termes de protection des données, le déploiement de la 5G s’avère également extrêmement préoccupant. Les consommateurs sont souvent peu conscients du fait que leurs données personnelles sont déjà largement monétisées, y compris pour des applications potentiellement dangereuses ; tout le monde garde en tête le scandale Cambrige Analytica, compagnie ayant influé sur des élections dans de nombreux pas, ou plus récemment, la captation de millions de photos privées par Clearview AI, firme de reconnaissance faciale. Avec le déploiement de la 5G, et la débauche d’objets connectés qui en résulterait, un nombre croissant de données personnelles seront collectées, monétisées et utilisées de manière discutable, voire problématique. Le risque est grand d’aboutir à moyenne échéance à une certaine forme de dystopie technologique gérée de facto par des entreprises d’intelligence artificielle et sur laquelle les citoyens n’auront plus de contrôle.

 

Un rapport de monitoring faisant l’impasse sur les écoles

Le rapport de monitoring des valeurs de rayonnement réelles en Suisse, annoncé de longue date et enfin publié par l’OFEV le 15 juin 2022, ne s’est pas penché sur l’exposition réelle des enfants en milieu scolaire, ce qui est particulièrement inquiétant, compte tenu de la vulnérabilité pourtant reconnue de cette catégorie de personnes aux conséquences du rayonnement. En outre, les auteurs de ce rapport reconnaissant eux-mêmes qu’il n’est pas encore possible d’en tirer des conclusions générales.

 

Le groupe fédéral d’experts lance l’alerte

Le groupe consultatif d’experts sur le rayonnement non ionisant (BERENIS), est chargé depuis plusieurs années d'étudier les conséquences du rayonnement pour la santé. En janvier 2021, il publiait un rapport indiquant que, même en dessous des valeurs limites actuelles, la santé des plus fragiles pouvait être impactée. Nonobstant l’avis de ces experts, le lobby des télécoms milite actuellement pour une hausse massive de ces valeurs limites, ce qui serait catastrophiques en termes de santé publique.

 

Une mobilisation populaire hors normes

Le véritable chantage au « progrès technologique » auquel est confronté le peuple suisse, lié à d’évidents conflits d’intérêts, s’est cristallisé ces derniers mois au travers d’une association nouvellement créée, « Chance 5G », largement financée par l’association suisse des télécommunications (ASUT). Cet organisme de lobbying regroupe à ce jour plus d’une centaine de personnalités souvent issues du monde industriel, et dont le mandat est de montrer la 5G sous un jour désirable, bien que cette technologie soit massivement rejetée par la population, qui se mobilise de manière historique pour refuser cette technologie dangereuse et inutile.